Jacques Kédochim débute sa formation artistique à l'atelier de la Vigne au sein de la prestigieuse école d’Etampes, dirigée par Philippe Lejeune.

 

Il y côtoie des peintres, depuis devenus célèbres, tels que François Legrand et Christoff Debusschere avec lesquels il fait ses premières armes dans l'art du portrait.

 

Il y découvre l'exigence d'un savoir académique et classique transmis de manière traditionnelle, la difficulté mais aussi la fulgurance exaltante du travail alla prima.

 

Il rejoint ensuite l’Académie de Port-Royal (anciennement Académie Julian) où sous les tutorats d’Arlette Le More et de Jean-Maxime Relange il acquiert la maîtrise de la composition et des couleurs, une liberté accrue dans la transposition des réalités et développe le travail des matières.

 

Si ses portraits et nus à l'huile séduisent d'amblée par leur caractère organique et direct, ce sont surtout ses scènes d'intérieur qui marquent par l'intelligence de leur composition.

 

Sa série de "Miroirs urbains" est à ce titre particulièrement envoûtante. Au travers de toiles saturées de couleurs, il nous interpelle sur les mystères et les difficultés de toute communication humaine.

 

Picturalement parlant cela se traduit par l'accumulation de plans savamment enchevêtrés qui obligent le spectateur à faire focus alternativement sur une partie ou l'autre de la composition sans jamais pouvoir englober l'image dans sa totalité.

 

Il illustre ainsi le fossé de communication jamais comblé entre ce que l'on cherche parfois à exprimer et ce qui est perçu par autrui selon que l'attention porte sur le contenu du discours, le ton utilisé ou le non-verbal.

 

 Plutôt que d’utiliser des glacis, Jacques Kédochim nous livre le plus souvent des œuvres exécutées en pleine pâte, ce qui leur confère une force et une présence remarquables.

 

Le spectateur, confronté à l'accumulation de plans et aux "désordres picturaux" clairsemés de couleurs chatoyantes, chemine dans les toiles et se laisse happer par leur caractère onirique et intemporel qui les inscrivent dans une filiation aux thèmes chers à Edward Hopper, les prolongent et les renouvellent.

 

 

 PRIX ET DISTINCTIONS

 

- Prix Dagnan-Bouveret de l'Académie des Beaux-Arts, Institut de France - 2016

- Grand Prix Port Royal 2015

- Grand Prix CONTI du Salon de l'Isle Adam 2015

- Prix du Salon de Printemps de Dourdan 2015

 

- Sociétaire de la Fondation Taylor

- Sociétaire de la Société des Artistes Français

- Sociétaire du Salon d'Automne

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

-Galerie Pascal Frémont, Le Havre, 2018

-Espace Nelly Rothmann, Créteil, 2017

-Galerie Lehalle, Paris, 2016

-Galerie Pascal Frémont, Le Havre, 2016

-Grand Marché de l'Art Contemporain de Chatou, 2015

-Galerie Lehalle, Paris, 2014

-Biennale des Peintes d'Etampes à Versailles - Carré à la Farine, 2014

-Galerie Frégnac, Paris, 2013

 

 SALONS

-Salon d'Automne, Champs Elysées, Paris  en 2013, 2014, 2015, 2016, 2017

-Salon des Artistes Français, Grand Palais, Paris en 2013, 2014, 2015, 2017

-Salon de printemps de Dourdan 2015

-Salon l'Artistique de l'Isle Adam 2015 

-Salon de Sèvres 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


"SALON D'AUTOMNE PARIS 2017"


RETROUVEZ MOI AU

Salon Versaillais des Artistes d'ile de France 2021

Au Carré à la Farine de Versailles

ENTREE GRATUITE

du 25 au 31 janvier 2021

 

 

Reflets dans un oeil d'or- 195x97 (détail)
Reflets dans un oeil d'or- 195x97 (détail)